Le CAP pâtissier, toute une aventure!

Si vous me suivez sur les réseaux sociaux, vous avez pu constater que je me lançais dans des recettes semblables à celle que vous pouvez retrouver chez votre pâtissier.

En octobre 2016, je me suis inscrite pour passer ce diplôme en candidat libre.

Ma situation au moment de l’inscription:

Astrid 28 ans, (trop!) gourmande, passionnée de cuisine, sans enfant, travaille 37h par semaine, bac S obtenu avec mention il y a déjà quelques années…, donne des cours de maths le dimanche matin. Bref, un emploi du temps bien chargé et aucune notion des épreuves qui l’attendent!

Avec tout ça, je me suis dit le CAP c’est les doigts dans le nez, j’ai eu le bac alors ce n’est pas un CAP qui va me résister…

Un CAP en candidat libre: cela veut dire qu’il faut trouver les sources d’information soi-même, acheter les bons livres, se former sur les techniques d’hygiènes, apprendre des termes techniques… des choses aisées quand on est guidé, sauf que là, je suis seule!

Je devais passer que les épreuves professionnelles: la pratique qui dure 7 heures, la gestion et l’approvisionnement des stocks d’une durée de 3h.

Une fois l’inscription faite, je me suis laissée vivre, j’ai réalisé ma première pâtisserie CAP en janvier: une galette. Je n’ai pas eu de difficulté particulière, ce qui m’a conforté dans mon idée de réussite.

Forte de mon succès, je me suis lancée dans la fabrication de croissants la semaine suivante: une catastrophe! Le goût était là mais le feuilletage inexistant, ils étaient plats et minuscules… J’ai commencé à me dire que ce n’était peut-être pas aussi facile que je l’avais envisagé.

J’ai continué mes essais jusqu’à une semaine avant l’examen, j’ai même réalisé un examen blanc dans un laboratoire professionnel (merci Sandra de m’avoir proposé!). J’ai su gérer mon temps.

Il faut également acheter du matériel adapté, des matières premières de professionnels, une tenue obligatoire pour l’examen… c’est un vrai budget!

Le jour J est finalement arrivé plus vite que prévu. Les écrits se sont bien passés, j’étais un peu stressé avant la première épreuve et cela s’est estompé rapidement. Pour me préparer aux écrits, j’ai fait tous les examens des années précédentes que je pouvais trouver sur internet.

La plus stressante de toutes les épreuves est la fabrication des pâtisseries: j’ai dû préparer une tarte au fromage blanc, 16 paris-brest, 16 croissants fourrés à la pâte d’amande et un entremet poire chocolat.

J’étais contente d’avoir les paris-brest parce que j’aime ça et je me débrouillais pas mal lors des entraînements…

J’ai d’abord rempli mon ordonnancement avec quelques difficultés car je m’étais peu entraînée puis je suis partie dans le laboratoire. Le temps défile vite, j’ai tendance a m’étaler un peu trop mais mon plan de travail est maintenu propre, je fais ma vaisselle après chaque préparation, je me brûle au bout de 30 minutes à cause d’une manique trouée, je me coupe au bout d’1h30min en essuyant une douille, je manque de tomber plusieurs fois suite à une glissade malgré les chaussures de sécurité.

Je finis la journée éreintée mais avec toute mes préparations réalisées plus ou moins parfaitement. Je n’ai absolument aucune idée de ma réussite ou pas, les jurys ne laissent rien paraître.

Les deux semaines d’attente ont été les plus stressante de toute ma vie!

Mais aujourd’hui, le stress en moins, 10 kg en plus, 5 ou 6 fournées d’éclairs (moi qui n’aime pas ça!) plus tard, je suis fière de vous annoncer que j’ai eu mon CAP pâtissier!

Les sites qui m’ont été très utiles:

 Pâtissier libre, ce blog est une mine d’informations pour toutes les questions qu’on peut se poser. En plus cette année, il lance aussi leur programme de formation…

Base nationale sujets d’examens pour les écrits.

Un grand merci à Séverine Délices et pâtisseries de m’avoir prêté ses livres.

Merci à Sandra Encore un gâteau, Alizée, Flora et Ibtissem pour la traversée ensemble de ses épreuves techniques pâtissières.

 

19 Commentaires

Commenter